Projets de recherche

Projet Université Paris Lumières (UPL) Écologies artistiques et numériques des corps vivants au musée (2020-2022)

Ce projet vise à concevoir et à réaliser dans les musées une nouvelle médiation artistique en arts vivants et  philosophie, géographie, sciences du langage LSF, sociologie, ethnologie, anthropologie, architecture, littérature, se référant à quatre axes théoriques: écologies de la vie, de l’action, de l’expérience et du virtuel.

Ce projet est réalisé avec la collaboration de 39 chercheurs, 15 doctorants, et 26 institutions dont 12 internationales (Europe, Asie, Brésil) et nos partenaires académiques UPL sont à Paris 8 : EA 4010, EA 1573 ;  à Paris Nanterre : EA 373 et Laboratoire Mosaïques ;  UMR UPL : UMR LAVUE CNRS 7218, UMR 7023 CNRS.

Project Université Paris Lumières (UPL)    Artistic and digital ecologies of living bodies at the museum (2020-2022)

The objective of this project is to devise and produce new forms of artistic mediation in museums, through performing arts and philosophy, geography, linguistics, sign language, sociology, ethnology, anthropology, architecture, and literature, with reference to four axes: ecologies of life, of action, of experience and of the virtual.

This project is undertaken with the collaboration of 39 researchers, 15 doctoral students and 26 institutions, 12 of them international (Europe, Asia, Brazil). Our UPL academic partners are, at Paris 8: EA 4010, EA 1573 ; at Paris
Nanterre: EA 373 and Laboratoire Mosaïques ; at UMR UPL: UMR LAVUE CNRS 7218, UMR 7023 CNRS.

 

Projet MSH Paris Nord : Arborer l’archive vivante au musée par le geste artistique : enjeux écologiques (2020-2021)

Deux journées d’étude réuniront un réseau de chercheurs artistes pour restituer, par la création d’un parcours sensible et interdisciplinaire dans un musée, des modes d’immersion participative du public dans le lieu et dans une relation écologique avec l’environnement. L’objectif scientifique sera de jouer et répertorier des gestes artistiques, en résonance à la fois avec un lieu arboré/urbain et de nature, à des pratiques corporelles improvisées, ou savantes, et aux objets/œuvres exposés liés aux arts vivants, numériques ou à des patrimoines dits immatériels en lien avec l’arbre. Il s’agira d’arborer l’archive, de la montrer en mouvement, en réseau, et non de la reconstituer. En quoi un tel déplacement organique, par des récits mis en gestes – dans les espaces urbains, muséaux, imaginaires, virtuels, vidéo, arboretum, auditorium – la déterritorialise-t-elle ? Acte de transmédiation esthétique, cette nouvelle collection de gestes créatifs s’intéressera à la responsabilité du chercheur et artiste en arts vivants pour transformer et impliquer nos comportements dans le développement durable.

Transplanting living archives to the museum through the artistic gesture: Ecological issues

Two study days will gather a network of researchers and artists to restitute modes of participative audience immersion on the premises, and in an ecological relationship with the environment, through the creation of a sense-oriented, interdisciplinary experience in a museum. The scientific objective will be to perform and identify artistic gestures, simultaneously in resonance with a tree-filled/natural setting, with improvised or skilled bodily practices, and with exhibited objects/works related to the living or digital arts, or to heritage referred to as intangible relating to trees. The idea is to transplant the archive, to present it in motion, in a network, rather than to reconstitute it. How can an organic shift such as this, through gestures in difference spaces (museum, arboretum, hall, living bodies, imagination, virtual space, video space), spark its deterritorialization? As an act of aesthetic transmediation, this new collection of creative gestures will be concerned with the responsibility of researchers and artists in the living arts to transform and involve our behaviors in sustainable development.